Par Armeline Videcoq-Bard, étudiante en Master recherche Histoire de l'Art/Études Nordique à Sorbonne Université


Après presque un an de lutte, les fermiers indiens ne lâchent pas l’affaire. Un mouvement ayant commencé en novembre 2020 et qui ne s’est pas essoufflé malgré les pressions gouvernementales fortes et violentes sur les populations, en plus de la gestion désastreuse par les politiques gouvernementales et locales de la pandémie de la Covid-19. Face à cela, le Kerala et son gouvernement communiste tiennent bon.

Combattant initialement contre les nouvelles lois indiennes favorisant les grosses entreprises et industries étrangères mettant à mal la survie des plus petites fermes dans un pays comptant environ 80% de personnes en dessous du seuil de pauvreté[1], plus de 400 organisations se sont mobilisées pour un Bharat Bandh, une grève générale, le 27 septembre dernier. La plus grande mobilisation que n’a jamais connu l’Inde est aussi devenue la plus grande manifestation du monde réunissant des dizaines de milliers de personnes dans toutes les villes d’Inde[2].

Si initialement le mouvement des fermiers indiens était avant tout axé sur la survie de leurs fermes et de leurs savoir-faire contre les réformes libérales imposées par le gouvernement, il est rapidement devenu un grand mouvement social réclamant une plus grande prise en compte des réalités de la vie quotidienne des indien.ne.s, le soutien de la population étant visible jusque dans les dernières actions coup de poing des organisations, allant jusqu’à bloquer les lignes de chemin de fer et les autoroutes dans tout le pays[3]. Les mouvements étudiants ont très vite rejoint les manifestations, ainsi que les différentes organisations de protection du climat comprenant rapidement que les enjeux allaient bien au-delà des nouvelles lois libérales et réclamant une véritable consultation populaire sur la gestion du pays.

Aujourd’hui, la pression faite par le gouvernement indien sur les populations rurales s’est durcit, particulièrement les populations rurales musulmanes ; mi-septembre, deux fermiers cherchant à empêcher leur éviction des terres qu’ils cultivaient depuis des générations ont été tué sans autre procès par l’armée indienne lors de l’éviction[4]. Mais l’impunité du gouvernement indien se retrouve face à la contestation générale et à l’évolution du mouvement qui aujourd’hui vient réclamer une nouvelle démocratie indienne.

L’enjeu démocratique en Inde semble, en effet, devenir une nouvelle priorité des jeunes générations, réclamant leur droit au chapitre. Alors que l’Inde a été sévèrement pointée du doigt par les organisations internationales pour sa gestion dramatique de la crise de la Covid-19, le Kerala et ses organisations jeunesses ont montré leur capacité à faire fonctionner la démocratie et la solidarité, rendant la région l’une des moins touchée par les infections, mais aussi la seule région d’Inde ou le principe de caste a disparu, ayant le plus haut taux d’alphabétisation[5]et ayant développé le système de santé le plus stable du pays, renforcé par les actes de solidarités sanitaires pendant la crise[6].

Le Kerala est donc devenu un exemple pour toute une génération d’indien.ne.s qu’un nouveau système plus démocratique et solidaire est la réponse nécessaire à la crise humaine que subit l’Inde et aux 75 millions de nouveaux pauvres que compte le pays[7].


[1] https://www.senat.fr/rap/r06-146/r06-14611.html

[2] https://www.ouest-france.fr/economie/des-dizaines-de-milliers-d-agriculteurs-indiens-manifestent-pres-de-new-delhi-7408957; https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/focus/20210927-inde-les-agriculteurs-en-col%C3%A8re-poursuivent-leur-mobilisation-contre-la-lib%C3%A9ralisation-du-secteur

[3] https://www.rfi.fr/fr/podcasts/d%C3%A9cryptage/20210927-r%C3%A9volte-des-agriculteurs-en-inde-la-contestation-dans-l-impasse ; https://www.instagram.com/p/CUU-PP0Krbt/

[4] https://www.newsclick.in/assam-muslim-peasants-cultivating-land-decades-evicted-darrang-dis-3-reportedly-killed-firing?fbclid=IwAR12Sn8E96Bl5HrPPHrAkUeiE9fN2jCePHwu9RNycR3sKrN7BmSZlDcwfBs

[5] https://journals.openedition.org/eps/2836

[6] https://peoplesdispatch.org/2020/08/28/how-a-communist-youth-organization-in-kerala-raised-usd-1-4-million-for-covid-19-relief/?fbclid=IwAR1_zbjq4Kvo2TVStLcFmIKPauupUee40sAE7ApcTEze1hmvyBwEKWDgjqE

[7] https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/bros_pauvres_inde_2021.pdf